L’aménagement de votre local de jeu

Nous avons déjà abordé le sujet de la décoration de votre table de jeu, pourquoi ne pas parler de l’aménagement et de la votre local de jeu (si vous en avez un)?

Beaucoup de rôlistes ne bénéficient pas d’une pièce EXCLUSIVEMENT réservée à leurs parties de jeux de rôles.

Souvent votre local de jeu sera aussi votre salon/cuisine/chambre/cave/grenier/grande salle de culte satanique-sanguinaire-pleine- de-petits piquants pointus etc.

En plus, dans la majorité des cas, vous ne serez pas le/la seul(e) a utiliser cette pièce, vous aurez à la partager avec votre famille, co-locataires etc. qui n’apprécient peut-être pas autant que vous cette décoration d’intérieure façon crânes squelettiques, fausses toiles d’araignées etc. Donc pour décorer et aménager votre local, vous devrez dans la plupart des cas aller à contresens de ce que je vous incite à faire dans les autres pages de mon site, c’est à dire que vous devrez (hélas) souvent vous modérer.

Partant du postulat que vous avez tous déjà au moins joué une fois à une partie de jdr, et que nombre d’entre nous ont déjà réussi à improviser des séances de jeu dans les conditions les plus insolites (transports en communs, salles de cours, tente de camping, bateau etc.) je peut m’attendre à une réaction spontanée mais néanmoins légitime de votre part : Ca y est, il veut nous apprendre à placer des meubles dans une pièce ! (Hein MONsieur Eric !?*).

Je me doute bien que vous arrivez parfaitement à jouer dans vos locaux habituels, mais au fil du temps, j’ai pu remarquer deux ou trois détails sur lesquels il me semble bon d’insister.


Au début, il y avait le local…

Si vous jouez dans une maison, pour le choix de votre pièce de jeu, privilégiez les zones neutres : salon, salle à manger, garage (s’il n’y fait pas trop froid), chambre d’ami ou cuisine sobre.Ces pièces offrent l’avantage de ne pas trop évoquer une ambiance spécifique, à moins que votre entourage ne soit fou de décoration d’intérieur et des nœuds de marins.

Si vous jouez dans des locaux associatifs, théoriquement, votre local de jeu doit être très sobre, voir dépouillé, ce qui est un bon début, mais pas forcément la meilleur chose (surtout si votre club sert aussi de jardin d’enfants avec ces charmants dessins bariolés de l’incident des tours jumelles de New York vu et dessiné par des hordes de moins de 5 ans qui ont bien pris soin de les accrocher sur tous les murs…).

Au stade du choix de votre local, si vous n’envisagez de ne faire jouer qu’un seul type d’ambiance, vous pouvez faire des choix plus audacieux comme faire jouer dans une vieille cave, un grenier ou une grange (un minimum isolé, chauffé et aménagé) ou encore des lieux plus farfelus tant qu’ils ne troublent pas trop l’ordre public : Piscine, terrasse de chalet, train, hangar etc.

Oui, c’est drôle cinq minutes mais non, jouer dans un cimetière n’est pas une très bonne idée. Pas à cause des fortes probabilités d’attaques de zombies mais plutôt car vous risqueriez de vous rendre auteur d’une infraction si vous cassiez/dégradiez/troubliez(?) quelque chose (trouble du respect du à la sépulture et aux morts : addition salée de 15 400 euros et 1 an d’emprisonnement) et de faire au jeux de rôle une mauvaise publicité dont elle n’a décidément pas besoin.


…Puis vint la table…

Essayez toujours de disposer d’une grande table, et de préférence qui vous arrive au niveau des coudes une fois assis.

Au besoin, optez pour la solution des tables multiples (2-3) assemblées et recouvertes d’une nappe d’un tissus peu inflammable (on ne sait jamais, avec ces bougies farceuses et ces joueurs qui les sculptent !).

Les petites tables (tables basses) ont cela de contrariant qu’elles obligent les gens à se baisser et à adopter une position voutée au dessus d’elles, ce qui les fatigue d’avantage et plus vite, par ailleurs, elles incitent souvent à se passer de chaises pour s’asseoir à même le sol, ce qui n’est pas des plus confortable tant que vous ne jouez pas à un jeu d’ambiance gréco-romaine, vautrés sur des paillasses.


…Et la lumière fut…

Une partie de ce site est exclusivement consacrée à la gestion de la lumière pendant les parties, allez y jeter un coup d’oeil pour avoir des idées plus détaillées, mais dans le cadre de l’aménagement de votre local, nous pourront simplement rappeler que la lumière décore les lieux.

Ainsi, pensez TOUJOURS à avoir au moins une source de lumière quand vous aménagez votre local et par pitié, évitez les fortes lumières trop crues qui fatiguent tant vos joueurs et s’opposent radicalement à la réussite d’ambiances intimistes (passage effrayants, tête à tête avec un PNJ, explorations nocturnes etc).

Dans le sens inverse, évitez aussi les sources de lumières ridiculement faibles qui fatiguent tout autant, sauf si vous ne prévoyez de vous en servir que pour une ou deux scènes de votre scénario.

Le must serait de disposer d’un ensemble de spots avec variateurs fixés en de multiples endroits dont certains colorés et tous reliés à une table de commande proche de vous. Mais bon, nous n’avons pas tous hérité de la fortune d’un vieil oncle vivant à Ipswich et nos proches ne sont pas tous des électriciens.

Alors considérez que si vous avez une ou deux lampes de chevet à votre table ou/et une lampe halogène avec variateur, vous êtes bien parti.(Remarquez que vous pourrez adapter des spots de couleurs, même sur vos lampes de chevet).

Maintenant, si vous dégotez un ou deux spots (je parle des supports) qui ne sont pas trop flashy, mais plutôt sombres (couleur unie et peu criarde), disposez les de façon stratégique non loin d’un mur, orientés vers le plafond (ou vers la table). Pour les ampoules qu’ils contiennent, privilégiez les ampoules non teinte, sauf si vous disposez de plusieurs spots, dans ce cas n’oubliez pas les ampoules de couleur ou le truc des ampoules “lumière noire“.

Si vos sources de lumière sont réparties aux quatre coins de la pièce, rappelez-vous qu’il existe des systèmes de prises radio-commandées à intercaler entre une fiche de courant et une prise, avec ce genre de matos, vous pourrez allumer et éteindre discrètement vos sources lumineuses sans interrompre votre jeu (+2 sur votre “ractionus primusomètre

Ah, dernière chose, les joueurs n’aiment pas avoir un spot braqué dans les yeux aussi, et des spots mal orientés créent rapidement ce genre de désagréments, aussi surveillez votre penchant “interrogateur Gestapo”.


…Mais les chaises ne furent pas oubliées…

Bien ouaip, des chaises pour vos joueurs ! Et si je pinaillait (meuhh noooon !!) je dirait : ne laissez pas vos joueurs s’installer dans un canapé ou un fauteuil trop confortable : dodo prévisible, surtout si le canapé en question n’est autre que le terrrrrrible “Isolator 2000”.

Et si vos joueurs échappent au sort de sommeil contenu dans la mousse de canapé industrielle, ils n’en seront que ridiculement décalé par rapport à la hauteur de votre table ; de derrière votre écran, vous ne verrez dépasser qu’un bout de nez et une tête dressée. Mais bon, à ce stade, c’est eux qui auront l’air ridicules.

Si vous le pouvez, pensez aussi à la matière qui recouvre vos chaises. Ayant quelques heures de JDR et de Lan-party à mon actif, je peux vous dire qu’il est très pénible d’être assis sur une chaise qui fait transpirer, surtout en été, alors refilez vos chaises en faux cuir ou plastique intégral à votre beau-frère pour ses parties de belotes et taxez-lui ses chaises recouvertes de tissus, ou celles en fibres de bois tressées criblées de trous ça sera mieux.

Enfin, raffinement parmi les raffinements, vous pouvez vous arranger pour vous trouver légèrement surélevé par rapport à vos joueurs et leurs jets de dés, fiches, plans, cartes, … (Utilisez une table individuelle plus haute et une chaise plus haute) cela vous permettrait d’avoir une vue d’ensemble de votre table et des jets de vos joueurs. En plus vos penchants mégalos s’en trouveraient flattés 😉 Dans ce sens, certains MJ apprécieront de disposer leurs petites affaires sur une table de bar surplombant d’un chouilla la table des joueurs.


…Et l’on parla longtemps du meuble bas.

Un meuble bas ? Que le grand cric me croque, mais pour quoi faire ?

Le meuble bas est au MJ ce que le ceintre est au GNiste et ce que la couverture est au routard galactique : un accessoire de survie souvent indispensable.

Fidèle assistant, il ne vous fera jamais défaut : posé sagement à vos côté, si possible hors de vue de vos joueurs qui pourraient être tentés de vous le dérober, il attend docilement que vous daignez lui poser quelque chose dessus : pile de suppléments, chaîne hi-fi, boîte à accessoires, carton de figurines, livre de règles, verre d’eau, bouteille de coca et paquet de chips piégés, dés, machine à fumée…

Il ne vous trahira jamais, son seul plaisir sera d’amener tous ce que vous lui confierez juste à la bonne hauteur pour que votre main puisse les saisir sans efforts. Remarquez qu’en cas de besoin, il saura s’adapter : bouclier anti-frites-froides lancés par vos joueurs blagueurs, objet contondant utile pour récupérer vos dés porte-bonheur, Artefact puissant faisant cesser toute sculpture de bougie dans les 1D6 mètres, arme de fortune pour rappeler le respect à vos “Reactionus primus“, chapeau (?) ou cadavre de dragon improvisé sur lequel vous pourrez triomphalement poser votre pied victorieux dans un élan de rôle-play.

Comme en plus le meuble bas est facilement dénichable (table basse, carton de télé retourné, animal empaillé, chaise, joueur à quatre pattes puni ou bizuté…) n’attendez plus : ayez-en un ! C’est ça aussi l’ambiance de jeux de rôles !

Article(s) connexe(s)

Lien Permanent pour cet article : http://www.ajdr.org/techniques/accessoires/amenagement-de-votre-local-de-jeu

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.