Comment retravailler vos bruitages ?

J’ai déjà pu vous parler de l’utilisation des dans vos parties de jdr dans un précédent article, il est temps de vous donner plus d’indications pour que vous puissiez passer au niveau suppérieur grâce à vos points d’expériences de MJ âprement collectés.

Avant tout, en réponse à de nombreux mails, voici tout d’abord un lien bien utile ;
Pour dénicher des bruitages, ce moteur de recherche deviendra bientôt votre familier préféré :
http://www.findsounds.com/

Récapitulons : pour une raison ou une autre, vous avez envie de diffuser des bruitages à vos joueurs.

La durée de vos pistes de bruitage va parfois déterminer à quels point ils peuvent être exploitables tout de suite où s’il va falloir les bricoler un petit peu avant.

Lorsque vos bruitages sont courts, ils seront souvent destinés à devenir des ponctuations dans votre ambiance sonore. Ils évoquent un évènement spécifique qui survient en un trait de temps et non de manière répétitive. Par exemple, le bruitage d’une énnnnorme baffe diffusé au moment opportun, avec un bon timing pourra illustrer de manière assez comique le moment où le méchant flic ripoux se fait gifler par la femme (ex-kickboxeuse) d’un des personnages.

Les bruitages que vous récupèrerez seront souvent de courte durée (moins d’une seconde pour un « zap » de blaster extraterrestre félivore à quelques secondes pour un bruitage de « Hourra » médiévaux). Ce paramètre rend la gestion des bruitages un peu lourde si on souhaite meubler une longue séquence de jeu (en gros vous ressemblez rapidement à un pianiste hystérique qui lance des bruitages à tout va plutôt que de s’occuper de ses joueurs et de l’action en cours – peut fonctionner si on a un assistant MJ qui pourra être prénommé Igor ou Ross pour l’occasion-)


Mais comme je lis dans vos regards que vous n’êtes pas de ceux que le piano-bruitage rebute, voici une solution logicielle proposée par FALLEN-ANGEL : Faiseur de Bruitages, vous trouverez plus de détails dans la rubrique téléchargements correspondante.


Si vous n’avez pas spécialement le temps ni l’envie de vous occuper de la gestion de vos bruitages, vous aurez besoin de morceaux plus longs. Dans les moments de description, tout MJ sait apprécier le pouvoir de séduction d’un long extrait sonore affichant ses mensurations pulpeuses de 2 minutes minimum. En somme, juste assez long pour vous permettre de le diffuser en boucle de manière convaincante.
En effet, vu sous un autre angle, le fait de diffuser en boucle un morceau court, même s’il s’agit d’une musique et non d’un bruitage va rapidement vous rendre fou ou en tout cas vos joueurs : tout d’abord vous allez vous sentir gêné, puis agacé, puis franchement irrité, ensuite vous allez essayer de détruire tout ce qui se trouve entre votre index et le bouton stop de la source sonore (n’envisageons même pas le stade ultime où l’on développe une aversion compulsive aux boîtes à Meuh ! Brrrrr ! Ca fait froid dans le dos !)
Bref si vous ne comprenez pas qu’un bruitage peut donner une impression lancinante et agaçante, installez un logiciel de messagerie (oui, ceux du genre à diffuser un petit bruitage au moment où un pote souhaite vous joindre) et filez vos coordonnées à tous vos potes, jouez à la dictée magique ou venez vous installer chez moi où vous entendrez toute la journée en boucle LA chanson de R&B du jour qu’écoute mon frère chéri.

Quand vous ne souhaitez pas utiliser des bruitages comme des ponctuations, l’objectif est donc de prolonger au maximum la durée de ces fichiers de bruitages SANS donner d’impression de répétition trop marquée. A ce stade, je vais envisager deux possibilités :


I – Vous avez le temps et vous bricolez vos bruitages à l’avance avec un logiciel adéquate.

Avantages :
-C’est peaufiné et bichonné comme vous aimez, pas de mauvaise surprise, de bouton repeat qui s’est enclenché sournoisement ou de pause irritante de 1 seconde entre chaque diffusion de votre sirène d’alarme.
-Une fois crée, votre boucle vous resservira sûrement pour d’autres scénarios

Inconvénients :
-C’est long à préparer
-C’est un peu technique
-Vos « Reactionus Primus » vont afficher un petit rictus entendu à la première diffusion.

1 : Boucler un seul bruitage

Pour boucler un seul fichier de bruitage de manière convaincante, il faut d’abord s’assurer qu’il est « bouclable ». Reposez votre schmoludomètre ! Pour savoir si votre fichier de bruitage est « bouclable », on ne lui insère pas de tas de sondes dans ses fréquences, on se pose tout simplement les deux questions suivantes :

-Est-ce que mon bruitage est composés de sons au rythme aléatoire ? (ex : tonnerre, hurlements de loups, ambiance de métro, paroles humaines) (ex de sons au rythme régulier : le tic-tac d’une horloge, le hurlement d’une sirène, le bruit d’un moteur, le tac-tac-tac caractéristique d’Irina, la Kalashnikov suave de Mike)

-Est-ce que j’ai bien éteint le gaz avant de partir ?

Si votre bruitage comprend des évènements sonores au rythme aléatoire (comprenez : qui, dans la vrai vie ne peuvent pas s’entendre de manière prévisible), alors vous prendrez de gros risque en essayant de les boucler.
Imaginez la situation suivante : vous disposez d’un bruitage d’aboiements de chien composé de 4 aboiements et d’un court grognement. Si vous vous amusez à « boucler » ce son pour produire un nouveau morceau de 2 minutes (pour une scène d’escalade de clôture de villa avec molosse de l’autre côté) vous ne pourrez pas épargner l’impression de répétition dans l’oreille de vos joueurs si vous passez un unique bruitage en boucle, même si entre les répétitions, vous insérez des silences de durée variable.
Si c’est le but que vous recherchez (bruitage de disque rayé), le problème ne se pose pas, mais dans le cas contraire, votre ambiance risque de s’en ressentir et vos joueurs risquent d’associer un côté artificiel un peu nul à la scène que vous leur proposez.

Après vous être assuré que votre bruitage était « bouclable » (il a un rythme régulier), il vous faut maintenant plonger vos petits doigts dans le cambouis technique des logiciels de retouche de son.

2 : Réaliser des plages d’ensembles de bruitages

Ce qui suit vous sera utile si vous souhaitez vous préparer des « plages » d’ambiance particulière composées d’un tas de sons différents (ex : marécage, bureaux avec ambiance de travail, rue, pluie, forêt, plateau rocailleux sur une planète lointaine.)

Ces longs assemblages de bruitages sont à mon sens ce qu’il y a de plus confortable pour maîtriser. On lance le morceau de bruitage et on laisse faire, tout est là, même les mystérieux grincements quasi-imperceptibles dont il est question dans le scénario pendant l’exploration du clocher de l’église.

De quoi aurez-vous besoin pour réaliser vos plages d’ensembles de bruitages ?

-De fichiers de bruitages (ou « samples »)
-Un logiciel d’édition de son (ex : CoolEdit, Audacity ou Soundforge ou bien l’excellent et gratuit Wavosaur)

Pour la méthode :

a -Le fond sonore neutre

Grâce au logiciel de retouche de sons, nous commencerons par élaborer un fond sonore neutre pour le thème qui nous intéresse

-Soit en créant un silence de la durée de notre boucle (1min 30 à 5 mins ou plus si vous souhaitez)

-Soit en dénichant un fichier de bruitage suffisamment neutre et d’une durée suffisamment longue qui n’est pas encore exploitable en boucle (il devra faire environ 20 secondes, au minimum)
ex : si vous comptez faire une boucle de bruitages de forêt, un fichier neutre pourra être un enregistrement du vent soufflant dans les branches et des gazouillements lointain des oiseaux.
Pour un bruitage de rue, des bruits lointains de circulation et pas des passants feront l’affaire.

Evitez à ce stade tout fond qui comporte un son particulièrement reconnaissable ex : bruits de pas d’une femme qui court, sérénade à fort volume d’un cerf en rut, grincement sinistre de porte, chat qui miaule, rire, passage d’hélicoptère, clocher qui sonne etc.

Le fond neutre devra avoir une durée suffisamment importante. Plus il sera long, moins l’effet de boucle sera perceptible par vos joueurs. Si vous optez pour la technique du fond récupéré, il vous faudra peut-être en réaliser une boucle si le son originel n’est pas assez long.

b ‚ Insérer des évènements sonores

-Avant toute édition, gardez-vous précieusement une copie de sauvegarde de votre fond sonore neutre de base – grâce à la commande « enregistrer sous » de votre logiciel, par exemple. Cela vous permettra de créer d’autres boucles de bruitages dans le même type d’environnement mais avec des évènements sonores différents.

-Ensuite, sélectionnez parmi vos fichiers de bruitages les évènements sonores que vous souhaitez insérer dans votre fond neutre. Si vous choisissez des fichiers particulièrement distinctifs (rire caractéristique, coup de feu unique, cris d’une femme terrorisée, démarrage d’une moto ; enregistrement de la voix de votre petite sœur etc.), bien évidemment, le fichier final que vous obtiendrez ne sera pas destiné à être passé en repeat à vos joueurs (impression de répétition et cohérence de votre scène de description oblige). En revanche, si vos évènements sonores sont suffisamment neutres, vous disposerez d’une plage d’ensemble de bruitages qui fera une boucle idéale.
Ex :

Fond neutre d’ambiance sonore de rue + évènements sonores du tonnerre : une ambiance « d’orage sec » dans une ville
-Fond neutre de forêt + évènements sonores de hurlements de loups lointains : une ambiance menaçante de poursuite par des loups en forêt
-Fond neutre d’auberge + évènements sonores de rires + chants : une boucle d’ambiance bon enfant dans une auberge

Si vous sélectionnez vos bruitages à insérer avec finesse et que vous les incorporez à votre fond neutre avec assez de doigté (en jouant sur leur volume ou leur fréquence de répétition par exemple), vous obtiendrez une boucle de bruitages parfaitement utilisable et réutilisable dans vos parties. Exercez-vous, Faites confiance à vos oreilles…


II – Vous n’avez pas le temps/patience de bidouiller avant le début du scénario (et vous arrivez avec votre bite et votre couteau / sac à main + brique et gloss )

Dans ce cas, pas trop de temps pour réaliser en temps réel des boucles sophistiquées de bruitages, la seule chose que vous devrez à peu près maîtriser est le « mixage » en temps réel. Sous cette appellation d’apparence technique et zorglubéenne*, je veux simplement parler du fait de diffuser 2 sons en même temps sans avoir à bricoler la tripaille numérique du fichier de son. La méthode qui suit vous indique comment mélanger (« mixer ») indifféremment des bruitages entre eux ou des bruitages et des morceaux de musique.

Pour “mixer”, vous n’avez pas besoin d’être un DJ accompli ou de savoir danser la Tecktonik, il vous suffit juste d’avoir le matériel nécessaire. Vous pourrez procéder de diverses manière :
-avec des platines et une table de mixage (pour les plus fous d’entre nous)
-avec 2 sources sonores différentes ou plus simplement avec un ordinateur.
Je ne vous expliquerai pas comment mixer avec des platines ou avec deux sources sonores bien distinctes, je suppose que vous vous débrouillerez bien par vous-même.
Voyons comment procéder avec un ordinateur :

Supposons que vous disposiez d’un PC et du logiciel de lecture Winamp

Pour diffuser des bruitages en les mixant avec de la musique ou d’autres bruitages, voici comment je procède :

-Je démarre une instance du logiciel Winamp, puis j’utilise le raccourcis clavier “CTRL+ALT+N”
pour créer une deuxième “instance” de ce soft (une nouvelle fenêtre de Winamp
qui va se superposer à l’ancienne, histoire qu’on ne la remarque pas trop)

-Sur une des instances, je diffuse une musique de base ou une plage d’ensembles de bruitages (comme travaillée ci-dessus). Elle sera diffusée en boucle en activant l’option repeat du logiciel. ex : bruitages neutres de forêt, résonances d’égouts etc.

-Sur l’autre instance de Winamp, je passe (en virant le mode repeat cette fois) les‚Ä®bruitages ponctuels à la demande à coup de glisser-déposer ex : cris de‚Ä®monstres, hurlements de loups, démarrage d’un moteur, bruit d’explosion etc.

En fin de course, je me retrouve avec deux sources sonores mixées en temps
réel et à la demande

Un internaute habitué du site m’a récemment proposé un lien vers un logiciel gratuit qui permet de générer des fonds sonores de bruitages. Ce logiciel dispose de pas mal de paramètres intéressants, notamment la possibilité de gérer des évènements sonores aléatoires (et leur probabilité de diffusion) et de disposer d’ambiance pré-programmées… Je vous laisse la joie de la découverte, franchement, ça vaut la peine ! Il s’agit de “Atmosphere Lite” (Merci à Mathieu L.)

(* les zorglubs sont les habitants d’une planète lointaine qui ont colonisé une partie de la notre. Imitant à perfection l’apparence et les mœurs humaines, ils sont facilement identifiables par leur fascinante faculté de détection des pixels manquants sur un moniteur LCD et leur propension à détecter une intrusion dans une tablette de chocolat rien qu’aux motifs subtils laissés par la déchirure du papier alu. En cas d’attaque d’un zorglub sur votre personne, restez à proximité d’un téléviseur de moins de 100 mhtz de rafraîchissement, le zorglub sera épouvanté par la « la fréquence mortelle » (inaudible pour un humain sain de corps et d’esprit) émise (?) par le poste. Oui, comme nous vous n’entendez pas de “sifflement” provenant de ces téléviseurs ! Grand dieux ! Ne confiez jamais vos inquiétudes à un Zorglub qui vous pourchasserai pour déguster votre cervelet avec des baguettes chinoises ! Souvenez-vous : lui il y croit ! Quelques Zorglubs célèbres : Cédric S. , Jeff R. Anne K. etc.)

Article(s) connexe(s)

Lien Permanent pour cet article : https://www.ajdr.org/techniques/son/comment-retravailler-vos-bruitages

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.